Il y a quelques années, c'était un soir d'hiver près de Bergerac, la famille était réunie pour les fêtes de fin d'année. Le repas n'en était qu'à son début; on venait juste de faire chabrol après le tourin, quand mon fils se tourna vers son Grand-père et lui demanda pourquoi il y a avait tant de châteaux en Dordogne.

Un long silence remplit la salle à manger, on entendait crépiter les sarments de vigne dans le cantou. Il fallait faire beaucoup de braise pour griller les magrets tout à l'heure.
"Eh bé, mon petit cadet", commença mon beau-père, "c'est toute une histoire. Figures-toi qu'il y a très longtemps une veille de Noël, le Père Noël, en survolant la Dordogne, ne se rendit pas compte que sa hotte était trouée. Or, au fond de la hotte, il y avait des châteaux qui sortirent ainsi du trou et saupoudrèrent la campagne périgourdine. Et la Dordogne se couvrit de châteaux tous aussi beaux les uns que les autres."

C'est de cette manière que le Grand-père résuma toute la beauté de son pays à son petit-fils.